Un blog Travellerspoint

Top 20 des plus belles arnaques vécues au Vietnam

Le pays qui mettra votre patience à rude épreuve...

storm 30 °C

Les vietnamiens ont une imagination débordante. Vraiment. Et nous avons pu nous en assurer à de nombreuses reprises lors de nos 4 semaines de voyage ici. Le problème, c'est qu'ils mettent ce talent au service d'un but peu valorisant : ARNAQUER LES TOURISTES !

Ainsi, comme il est impossible de lister toutes les tentatives (réussies ou échouées) car cela nous demanderait des jours d'écriture, il nous semble plus sage de faire un « petit » top 20 de celles qui nous ont le plus marqué. Et si après ça vous avez toujours envie d'aller au Vietnam... c'est que vous aimez être maltraités ! :)

Note : bien entendu nous avons vécu toutes ces arnaques (sauf une qui nous a été racontée) et même en prenant toute les précautions possibles, la liste n'a pas cessé de s'allonger...

large_title.jpg

20 : les prix selon la tête du client

Dans les magasins, les prix sont rarement indiqués sur les emballages (à part dans les supermarchés). Il faut donc systématiquement demander au patron le prix de l'article. Et bien souvent, vous pourrez constater que le prix varie d'un jour à l'autre pour un même produit. Ralph avait payé une bouteille d'eau 10 000 dongs alors qu'on nous a demandé 12 000 pour la même chose le jour suivant. Bien entendu nous n'aurons pas payé plus de 10 000, mais ils n'hésitent jamais à vous plumer un peu plus...

19 : le rendu de monnaie dans les bars

Un grand classique : les barmans des gros bars ou boîtes de nuit profitent du bruit, de l'agitation et du peu de lumière pour ne pas vous rendre votre monnaie entièrement. Une fois sur deux, cela doit passer... Cela dit, on peut voir ça à Paris !

18 : passeport oublié

Dans tous les hôtels ou guesthouses du pays, on vous demandera systématiquement votre passeport à votre arrivée afin de vous enregistrer. Cela permet à l'Etat de savoir en permanence où vous êtes, et comme l’hôtel garde votre passeport pour toute la durée de votre séjour, cela lui garantit que vous paierez avant de partir et, accessoirement, cela vous évite aussi de vous le faire voler.

Le petit problème avec cette pratique, c'est que cela à valu à Ralph une grosse prise de tête après avoir oublié le sien à l'hôtel de Hué, qui ne s'est bien entendu pas du tout manifesté au moment du check-out (alors que nous sommes restés de nombreuses heures dans le lobby en attendant d'aller prendre le bus pour quitter la ville) ! Nous nous en sommes aperçus dans le bus de nuit vers Nimh Binh, et heureusement que nous avions rencontré un français vivant à moitié sur place à deux minutes de l’hôtel car c'est lui qui s'est chargé de l'envoyer en Chronopost à Hanoï. Sans ça, nous aurions probablement dû redescendre la moitié du pays pour le récupérer...

17 : les mauvaises places dans le bus

Pour notre trajet Hué > Ninh Binh en bus de nuit, nous avions acheté nos billets dans une des dizaines d'agences dédiées aux excursions et aux transports pour les touristes. Le vendeur paraissait plus sérieux que la moyenne, donc nous pensions ne pas avoir de mauvaises surprises cette fois-ci. Nous lui avions même demandé de réserver des sièges à l'étage inférieur (ça bouge moins qu'en haut) pour éviter le mal des transports.

Sauf que... à l'heure prévue, le bus arrive et bien entendu, nos places attribuées sont déjà prises et l'assistant du chauffeur nous hurle dessus en nous disant d'aller tout devant, juste derrière le chauffeur et en haut (par ailleurs les places les plus dangereuses en cas d'accident). Finalement, on nous dit que ce n'est en fait pas notre bus et que le nôtre arrive dans 5 minutes. Étrange, mais nous prenons le risque. Et en effet, 5 minutes plus tard le bus arrive, mais les places sont déjà prises également ! Nous finirons donc tout au fond (après nous être fait hurler dessus encore une fois...) sur une espèce de grande banquette triple moins confortable et collée aux WC, ce qui nous vaudra d'être réveillés plusieurs fois.

large_3A1CAF3C2219AC6817ED4F74979233C6.jpg

16 : le chauffeur de bus qui part sans ses passagers

Toujours lors de notre trajet Hué > Nimh Binh, le bus a bien failli partir sans l'un d'entre nous tellement le chauffeur semblait pressé de partir (et puis on avait déjà râlé en montant car nos places attribuées n'étaient pas libres). De là à dire qu'il l'a fait exprès... bon c'est quasi sûr en fait. Merci à Anne-Laure d'avoir crié pour arrêter le bus !

Ça vous paraît un peu gros cette histoire ? Lisez ça : http://www.tripadvisor.com/ShowTopic-g293921-i8432-k4066049-Camel_Travel_Open_tour_bus_Vietnam-Vietnam.html

15 : les bus qui ne vous déposent pas à l'endroit prévu

Plantons le décor : il est à peine 5h du matin et nous venons de passer 10h à essayer de dormir pliés en 4 dans un bus de nuit entre Hué et Ninh Binh. Comme nous descendons avant le terminus (Hanoï), il nous faut veiller à anticiper tant bien que mal notre arrivée, histoire de remballer nos affaires avant car le bus ne s'arrête jamais longtemps, et en plus le chauffeur nous avait déjà hurlé dessus en montant. Bref, le comble c'est qu'il ne s'arrêtera même pas à Ninh Binh mais seulement à 7km de là dans un coin ultra touristique (bien trop cher pour nous) où un autre touriste dans le bus avait réservé son hôtel.

Nous nous sommes retrouvés là à 5h du matin, avec tous nos sacs, à attendre que le jour se lève pour prendre un taxi et finir le trajet. Un réveil tout en douceur...

14 : les excursions sur-vendues

Pour visiter le delta du Mekong au sud de Ho Chi Minh City, nous sommes passés par une agence pour réserver une excursion d'une journée car c'est trop loin et trop compliqué à organiser soi-même. Le programme paraissait sympa, et en fait ce fut la plus mauvaise excursion qu'il nous ait été donné de vivre ! Nous étions supposés pouvoir admirer les fameux marchés flottants, mais arriver à midi semble un peu tard car il n'y avait plus aucune activité sur le fleuve. Idem, la brochure annonçait de belles rizières sur la route (Ralph n'en avait jamais vu donc il les attendait) et il s'agissait en fait de pauvres rizières très banales et pas franchement photogéniques au bord d'un magasin de souvenirs dans lequel nous avons été « forcés » de passer 20 minutes...

13 : l'entrée valable soi-disant 4 jours

Pour visiter les nombreux lieux d'intérêt de la vieille ville de Hoî An, il faut passer par l'achat d'un billet unique assez cher mais qui comprend l'ensemble. Jusque-là tout va bien, sauf que le jour de notre passage en caisse, nous étions la veille du nouvel an vietnamien. Et bien entendu, la femme au comptoir s'est bien gardée de nous dire qu'à cette occasion, tout serait gratuit plusieurs jours à partir du lendemain ! Pire : comme nous ne le savions pas, nous lui demandons si le billet est valable sur plusieurs jours pour permettre de tout voir sans se presser ou s'il faudra en racheter un chaque jour. Elle nous répondra donc qu'il est valable 4 jours (jusqu'à la fin de la gratuité), même si ce n'est en principe pas vrai...

large_3A1BE2E02219AC6817EC3E4FEB3F79A9.jpg

12 : le compteur trafiqué dans certains taxis

Celui-là est très classique : certaines compagnies de taxi utilisent des compteurs trafiqués. Si le prix au kilomètre est toujours affiché sur l'extérieur des portes, il est difficile de savoir si on a bien fait 1 km à chaque fois que le compteur augmente. Et pour un même trajet A/R avec deux compagnies, nous avons payé 38 000 dongs à l'aller et sommes descendus du taxi à mi-chemin au retour en voyant que l'on avait déjà dépassé le prix de l'aller. Si l'idée vous prend de mettre un pied ici, renseignez-vous sur le net pour trouver les noms des compagnies fiables...

11 : le vol de téléphone dans le taxi

Au Vietnam personne ne vous dira jamais « non », comme un peu partout en Asie d'ailleurs. Alors quand vous montez dans un taxi et que vous donnez votre adresse au chauffeur, même s'il ne sait absolument pas où cela se trouve, il commencera à rouler et tentera alors de trouver un moyen de vous y amener. La facture peut donc être salée, et vous avez intérêt à savoir précisément où vous allez afin de pouvoir guider le chauffeur. Lui montrer une carte sur votre téléphone est alors le plus clair, mais cela peut parfois mal tourner. Ce ne fut pas notre cas mais d'autres voyageurs rencontrés à Hanoï en ont fait les frais puisque le chauffeur est reparti trop vite après les avoir finalement déposé à bon port en « oubliant » de leur rendre leur téléphone... et bien entendu, impossible de retrouver le taxi en question. Ça fait cher la course...

10 : la piscine gratuite... mais en fait pas vraiment

Comme nous n'avons pas les moyens de nous payer des nuits dans des hôtels de luxe, il nous arrive parfois d'en choisir un beau et de payer pour rester au bord de la piscine toute la journée à profiter des infrastructures. Cela coûte bien moins cher ! A Hoï An, la plage est franchement belle et il y a quelques Resorts vraiment magnifiques tout le long. Nous décidons donc de passer quelques heures dans l'un d'entre eux et demandons à notre arrivée s'il est possible d'utiliser la piscine et les transats si nous consommons au bar. Le serveur nous répond un timide « oui » et nous nous installons après avoir commandé des boissons.

Pressez de tester la somptueuse piscine, nous ne tardons pas à nous y jeter et ce qui devait arriver arriva : 10 minutes plus tard, un manager vient nous voir et nous dit que la piscine est réservée aux clients de l'hôtel ou – exceptionnellement – aux invités s'ils en font la demande et en payant 10$ la journée ! Nous devrions donc payer 20$ + le prix des boissons pour utiliser la piscine 1 ou 2 heures...

Inutile de vous dire que nous avons donc dû batailler 20 minutes avec eux pour leur faire comprendre que nous ne paierons pas les 20$ car nous avions bien demandé avant. Inflexibles, nous finissons pas partir sans avoir à payer mais ce qui devait être un moment agréable s'est vite transformé en aventure désagréable, comme souvent dans ce pays !

large_3A1AD7402219AC68171FD0959F067519.jpg

09 : le taux de change bidon

A Hanoï, nous avons passé 6 nuits dans la même guesthouse. C'est vraiment rare, aussi bien pour nous que pour la guesthouse car généralement les gens restent deux ou trois nuits au plus. En principe, nous aurions dû être traités comme de bons clients, particulièrement lors du check-out. Sauf que nous sommes au Vietnam, et ici pour vous remercier chaleureusement, on vous arnaque encore une fois, en appliquant un taux de change bidon où vous êtes perdants car vous payez plus cher (pour la gérante 1$ valait 20 000 dongs, alors que ce jour-là 1$ valait 21 000 et rien à faire, elle ne voulait pas changer son taux).

08 : retrouver des billets étrangers dans votre monnaie

Alors que nous avions quitté le Cambodge en nous assurant de ne plus avoir un seul Riel cambodgien dans nos poches, nous avons eu la désagréable surprise d'en retrouver parmi nos Dongs vietnamiens ! Il faut dire que les billets se ressemblent beaucoup, donc nous n'y avons vu que du feu...

07 : les billets de banque trompeurs

1€ = 28 500 Dongs vietnamiens. Si vous aimez les gros chiffres, ce pays est fait pour vous ! Retirer un million au distributeur est quelque chose de normal ici et de très curieux pour nous, pauvres européens. Il faut donc bien faire attention car à plusieurs reprises, nous nous sommes trompés en donnant par exemple un billet de 500 000 au lieu de 50 000. Si vous ne faîtes pas assez attention au nombre de zéros, une fois le mauvais billet donné, la personne en face s'en rend vite compte et échange derrière votre dos le billet contre un de 50 000, histoire de vous certifier que vous lui avez bien donné ce billet si jamais vous réalisez votre erreur après.

Cela nous est arrivé deux fois (au restaurant et dans un taxi). La première fois avec 100 000 (on a jamais su si nous avions donné 10 000 ou 100 000) et la deuxième avec 500 000 (le taxi commençait à rouler pour partir vite, nous avons dû ouvrir la porte pour le forcer à s'arrêter et finalement échanger le billet !!).

large_3A1A12702219AC6817D091B29A47C5A2.jpg

06 : jouer à une chasse au trésor pour retrouver son linge

En Asie du sud-est il est difficile de trouver des laveries en libre service pour laver son linge, du coup il faut passer par des agences pour touristes ou donner son linge à l'hôtel où l'on se trouve pour le récupérer propre 1 ou 2 jours plus tard. En général tout se passe très bien, sauf qu'ici au Vietnam, quelque chose de simple devient vite compliqué ! La preuve : nous laissons notre linge à une agence qui vend des excursions touristiques en début de soirée et la personne nous dit de revenir demain à la même heure. Comme par hasard, le jour suivant, le magasin est fermé ! La blague... Résignés, nous retentons le jour d'après à deux reprises dans la matinée mais rien à faire, il n'y a plus aucun signe d'activité alors que nous avions toujours vu ce magasin ouvert les jours précédents. Nous commencions vraiment à nous demander si nous pourrions quitter le pays avec nos affaires 36 heures plus tard...

Heureusement, nous demandons dans les boutiques voisines pourquoi le magasin est fermé et une vieille dame nous fait comprendre qu'il y a un autre magasin de la même enseigne à 5 minutes de là. Nous nous y rendons et, oh miracle, notre linge est posé par-terre et nous attend sagement... La fille de la première agence n'aurait-elle pas pu nous prévenir que notre linge nous attendrait AILLEURS ??!! A moins que ce soit fait exprès, histoire de le garder...

large_3A193BA92219AC6817B6F8CF3D5F5348.jpg

05 : les faux parkings pour 2 roues

Louer un vélo dans certaines régions au Vietnam est très pratique car sur la côte tout est plat et la location ne coûte rien (1 à 2 dollars la journée). Sauf qu'il faut le savoir, une multitude de faux parkings soi-disant obligatoires vous attendent dans les lieux touristiques, histoire de vous plumer un peu pour poser votre vélo. Se garer 200m plus loin permet d'éviter de payer, mais beaucoup de gens se font avoir...

Dès que l'on rentre en France nous nous lançons dans le même business : se poster à côté d'un lieu important, et demander de l'argent aux gens qui veulent s'y garer (alors que ce n'est pas chez nous...).

large_3A1829C82219AC68174FB95480D2089F.jpg

04 : Partez ! J'ai d'autres clients qui payent plus !

A Ho Chi Minh City, nous avions trouvé un petit hôtel correct et pas cher car nous avions réussi à négocier un peu le prix. Il faut croire que c'était déjà trop, car lors de notre retour en fin de journée la veille de notre départ, le gérant nous accueille en nous disant qu'il s'est trompé et que la chambre n'est plus libre pour nous car d'autres clients ont réservé entre temps sur Internet.

Du coup, nous avons été obligés de faire nos sacs en 10 minutes avant d'être mis à la porte à 18h sans rien avoir prévu pour pouvoir dormir ailleurs... Heureusement que nous ne sommes pas difficiles et que le quartier était rempli d'hôtels car nous avons pu trouver autre chose facilement. Mais bon, au Vietnam on n'hésite pas une seconde à vous jeter dehors si cela permet de gagner quelques dollars de plus. Tant pis pour le respect...

03 : les clones d'une boutique à bonne réputation

Les vietnamiens ne doutent de rien. Du coup, si un commerce lié au tourisme obtient bonne réputation, il verra invariablement plusieurs clones s'installer autour de lui avec des noms quasi identiques, histoire de tirer profit de la notoriété de ce dernier. Du coup, à Hanoï par exemple, il y a une trentaine d'agences « Sinh Café » mais ce n'est pourtant pas une chaîne. Pour le touriste, il n'y a plus qu'à fuir ces agences, même si une d'entre elles propose a priori des services de qualité.

large_3A1772092219AC6817BA8F27F0BCF6C9.jpg

02 : une soirée d'enfer, première partie

Celle là est tout simplement collector ! A quelques jours de notre départ du pays, nous sortons samedi soir boire quelques verres dans le quartier le plus animé (où tous les touristes finissent également). La soirée se passe sans problème jusqu'à minuit, heure où la police rapplique pour faire fermer tous les bars du quartier pour que les riverains puissent dormir.

Anne-Laure et moi rentrons nous coucher tandis que Ralph continue la soirée avec un belge rencontré une heure avant. Ils prolongent tous les deux la soirée tant bien que mal en allant vers les rares endroits qui sont restés ouverts. 5 minutes après être entrés dans un nouveau bar, un vietnamien ne trouve rien de mieux à faire que de faire sauter la casquette d'un policier posté devant le bar. Une bagarre éclate, et dans la bousculade le belge se fait voler son porte-feuille (avec argent et cartes bancaires) et son passeport sans s'en apercevoir...

01 : une soirée d'enfer, deuxième partie

L'histoire aurait pu s'arrêter là, mais ce serait trop simple. Dépités, Ralph et le touriste belge décident de rentrer après avoir passé 30 minutes à chercher partout les affaires volées. Il est alors tard et les rues de Hanoï sont désertes. Avant de rentrer chacun de son côté, ils se font aborder par deux femmes vietnamiennes qui s'approchent d'eux en leur disant « Free boum boum ! Free boum boum ! ». Le message est plutôt clair (surtout lorsque l'on sait qu'il y a, d'après Lonely Planet, 2 millions de prostituées dans le pays)... Et, un peu éméché, le belge se laisse approcher sans rien dire. En un rien de temps, une des deux femmes se colle à lui et lui vole son téléphone avec une discrétion à toute épreuve puis décide finalement de partir. Et voilà comment en une soirée le tour du monde de ce pauvre belge se transforma en cauchemar puisqu'il n'a plus aucun papier ni téléphone. Le pire, c'est qu'avant de les quitter pour rentrer nous coucher, celui-ci nous disait ne pas comprendre pourquoi nous étions méfiants pour tout ici. Là, je pense qu'il a saisi...

Posté par Franck et AL 04:00 Archivé dans Viêt Nam Tagué vietnam scam scams Commentaires (1)

[1/2] 4 semaines perdues au Vietnam

On aurait mieux fait d'écouter ceux qui nous en avaient dit du mal...

sunny 30 °C

Quand vous envisagez de faire un tour du monde, la question de l'itinéraire et des pays à visiter est probablement la tâche la plus amusante à réaliser dans la mesure où l'on a un peu l'impression de faire sa liste au père Noël. Dans notre cas, les choses sont allées assez vites et la liste s'est simplement allongée dans le temps. Le Vietnam pour sa part faisait vraiment partie du « noyau dur », à savoir ces quelques pays que nous voulions absolument faire sans hésitation (avec quelques autres comme le Kirghizistan ou le Japon). Pourtant, nous en avions eu des retours plutôt inégaux, tantôt franchement bons mais aussi parfois mitigés, notamment concernant le côté collant des vietnamiens qui cherchent visiblement à vous vendre quelque chose en permanence.

Autant tuer le suspense tout de suite : nous avons globalement détesté le Vietnam et nous avons encore en travers de la gorge les 4 semaines passées – et en bonne partie perdues – dans ce pays très décevant en comparaison de ces nombreux voisins. Nous aurions bien échangé ce temps contre 2 semaines en Corée du Sud, une semaine supplémentaire au Laos et une autre pour la Birmanie.

Mais on ne peut pas revenir en arrière, et il ne nous reste plus qu'une chose à faire : vous convaincre de ne pas réaliser la même bêtise que nous !

Ho Chi Minh City

Notre arrivée au Vietnam se fera par voie terrestre, en passant la frontière dans le bus entre Phnom Penh – capitale du Cambodge - et Ho Chi Minh City (anciennement Saïgon), la plus grosse ville vietnamienne et poumon économique du pays.

Le passage de frontière se fait sans problème (sans aucune patte à graisser, contrairement au Laos) et une fois de l'autre côté, nous constatons très vite la différence de richesse entre les deux pays. Au Vietnam les routes deviennent soudainement très correctes, on ne traverse plus les fleuves sur des bateaux car il y a des ponts et les symboles communistes fleurissent devant chaque bâtiment, y compris les maisons. Le contraste est saisissant, et ce n'est pas pour nous déplaire car après 1 mois à sillonner la zone dans des bus sur des routes caillouteuses, nous sommes ravis de retrouver ce bon vieux bitume !

Voilà pour les bonnes nouvelles. Pour le reste, notre séjour à Ho Chi Minh aura été long, laborieux, moite et peu intéressant. Nous commencerons même notre découverte des lieux par l'hôpital, ou plutôt la clinique privée dédiée aux touristes car Anne-Laure avait de la fièvre depuis plusieurs jours et ne se sentait pas très bien. Nous suspections le paludisme ou la dengue, toutes deux présentes au Laos et au Cambodge que nous venions de quitter. Plus de peur que de mal heureusement et la visite ne révélera rien d'inquiétant, mais nous avons ainsi pu découvrir les joies des frais médicaux à l'étranger : 273€ pour une consultation et quelques analyses ! Heureusement que nous avions une assurance pour le voyage (elle nous a remboursé rapidement)...

large_IMGP6175.jpg

Par la suite, nous nous mettons en tête de visiter la ville avant de réaliser qu'il n'y a en fait quasiment RIEN à voir de particulier à part quelques bâtiments construits par les français lors de leur occupation du pays. Un beau gratte-ciel, une église, une poste, un hôtel de ville et deux musées, ça fait peu pour en garder un bon souvenir... Et en plus, Ho Chi Minh s'avère être un lieu tout simplement cauchemardesque et voici pourquoi :

  • La ville compte 6 millions de scooters qui roulent n'importe comment. C'est simple, vous n'êtes jamais sûr d'arriver de l'autre côté vivant lorsque vous traversez une rue...
  • Tous les touristes (en dehors de ceux qui logent dans des hôtels de luxe) sont volontairement parqués dans un seul et unique quartier absolument horrible où se mêlent les hôtels pour backpackers, les bars pour occidentaux, les fast-foods et les prostituées (2 millions de femmes au Vietnam...). Charmant !
  • Impossible de se déplacer à part en taxis, le réseau de bus étant quasi impraticable pour les touristes (pas de plan, rien n'est écrit en anglais). Et de toutes les façons, il n'y a rien à voir de particulier à part l'agitation locale.

large_IMGP6213.jpg
large_IMGP6209.jpg
large_270_IMGP6236.jpg
large_IMGP6234.jpg
large_270_IMGP6183.jpg
large_FFF1D0CF2219AC68177CED691E59E1DD.jpg
large_IMGP6310.jpg
large_IMGP6309.jpg
large_IMGP6251.jpg
large_90_FF675AD02219AC681773CB7E6553F159.jpg

Nous passerons malheureusement beaucoup de temps dans cette ville à cause du nouvel an chinois/coréen/vietnamien qui démarre tout juste à notre arrivée et qui signe le début de deux semaines de vacances pour la majorité des travailleurs. Les conséquences sur notre séjour au Vietnam seront nombreuses (trains et avions quasiment tous complets, activité réduite au minimum...) et nous passerons 15 jours à tenter d'organiser tant bien que mal nos visites et déplacements malgré cela.

Vous allez me dire : « oui mais c'est comme venir à Paris au mois d’août... tout tourne au ralenti ! ». Certes, mais au moins à la SNCF, ils ont la bonne idée de rajouter beaucoup de trains et tout le monde ne part pas en même temps ! Enfin bref...

Nous profitons de notre séjour forcé ici pour visiter un peu la pointe sud du pays et plus particulièrement le delta du Mekong via une excursion réservée dans une agence. Cela reste pour le moment la pire que nous ayons pu faire jusque-là. Le guide était catastrophique et n'a pas cessé de nous raconter sa vie personnelle tout en nous expliquant les mœurs locales. D'après lui les hommes peuvent ici librement collectionner les épouses tant qu'aucune d'elles n'aura su lui donner un enfant. Il était visiblement assez fier de nous raconter ça et de détailler sa situation personnelle... C'était intéressant les quinze premières minutes car découvrir les mœurs locales fait bien entendu partie du voyage, mais radoter pendant près de 2 heures en racontant des détails crus... ce n'était vraiment pas indispensable !

Pour le reste, nous étions supposés voir des marchés flottants mais à l'heure où le bus arrive sur place l'activité est déjà quasi nulle. Seule une balade sur des petites embarcations traditionnelles viendra largement égayer notre journée et nous redonner le sourire car le reste aura surtout été dédié à la visite d'ateliers de fabrication de riz soufflé ou de bonbons à base de noix de coco.

large_IMGP6347.jpg
large_IMGP6366.jpg
large_IMGP6368.jpg
large_IMGP6376.jpg
large_IMGP6388.jpg
large_IMGP6400.jpg
large_IMGP6405.jpg
large_IMGP6422.jpg
large_270_IMGP6424.jpg
large_00A6497E2219AC6817BFE1C618D2D7CA.jpg
large_IMGP6433.jpg
large_IMGP6439.jpg
large_270_IMGP6441.jpg
large_IMGP6448.jpg
large_IMGP6449.jpg
large_IMGP6454.jpg

Le dernier jour, nous passons en mode détente et nous mettons en tête de profiter de la piscine d'un grand hôtel pour se reposer et se rafraîchir (il fait environ ces jours-ci à HCMC). Ce fut une bonne idée puisque cela ne nous aura rien coûté ! Puis, pendant que la ville se vide peu à peu pour les fêtes qui approchent, nous découvrons les nombreux marchés qui prennent place pour l'occasion et dans lesquels les vietnamiens achètent des cadeaux (souvent des fleurs ou des plantes vertes) pour ne pas arriver les mains vides lorsqu'ils retrouvent leurs proches.

large_IMG_4740.jpg
large_IMGP6293.jpg
large_IMGP6302.jpg
large_IMGP6303.jpg
large_IMGP6305.jpg
large_270_IMGP6282.jpg
large_270_IMGP6276.jpg

Enfin, nous aurons eu beaucoup de mal à pouvoir quitter Ho Chi Minh à cause de Têt (le nouvel an chinois). Nous pensions en effet remonter tout le pays jusqu'à Hanoï en train afin d'éviter le bus (pour une fois !) et en faisant des arrêts dans les villes incontournables qui bordent la côte. Malheureusement, les trains qui circulent durant le Têt sont pris d’assaut par les vietnamiens qui veulent rentrer chez eux passer les fêtes en famille et tous les sièges sont généralement réservés plus de trois mois à l'avance. Nous devons donc abandonner notre idée et nous rabattre sur le bus ou l'avion. Après renseignements pris, nous décidons d'écarter le bus à cause des temps de voyage un peu dingues (24h de bus pour remonter la moitié du pays). Par chance, il restait quelques places d'avion à un prix correct (69€/personne) mais avec un décollage à 2h du matin (!). Nous mettons donc le cap sur Hoï An - à ne pas confondre avec Hanoï - bien contents de pouvoir ENFIN quitter cette ville sans grand intérêt et dans laquelle nous avons passé plus de temps que prévu.

Note : 3/10
En bref : Si l'histoire de la guerre du Vietnam vous intéresse beaucoup, un passage ici est indispensable. Pour les autres, il n'y a rien ou presque à se mettre sous la dent ici alors autant passer votre chemin !

Hoï An

Débarquer par avion dans une nouvelle ville à 3h30 du matin, sachez-le, ce n'est pas une idée lumineuse (mais nous n'avions pas trop le choix). Il est bien trop tard pour qu'il soit intéressant d'avoir réservé un chambre d'hôtel quelque part pour finir la nuit et il est trop tôt pour se présenter au check-in pour la nuit suivante. Par chance, dans l'aéroport nous trouvons - en face des tapis roulants pour les bagages - des canapés dans des petits stands appartenant aux hôtels de luxe de la région. Nous dormirons là quelques heures comme des vagabonds avant de nous faire gentiment mettre à la porte par le garde quand l'affluence dans le hall commence à augmenter.

Vers 7h, nous prenons un taxi pour nous rendre à notre hôtel (où nous découvrons une souris morte au fond de la piscine... autant dire qu'on a tous passé notre tour pour faire un plouf !) histoire de poser nos affaires, prendre un petit déjeuner et commencer nos visites.

Après les mauvais souvenirs de Ho Chi Minh City, nous sommes heureux de découvrir Hoï An lors de notre première balade tant la vieille ville est bourrée de charme. Enfin de l'authentique ! Nous resterons là 4 belles journées et nous en profiterons même pour fêter le nouvel an vietnamien ici.

large_IMGP6550.jpg

Voilà 2000 ans que la ville de Hoï An fait parler d'elle. Son port était le plus gros à l'époque du royaume Cham. Par la suite, le commerce des épices avec l’Indonésie fut florissant entre le 7ème et le 10ème siècle puis les chinois de la dynastie Ming s'établirent ici un bon moment, transformant petit à petit l'architecture d'une bonne partie de la ville. Enfin, les vietnamiens prirent possession des lieux et transformèrent l'endroit en ce qu'il est maintenant, à savoir un très joli mélange d'influences diverses. On vient donc à Hoï An pour sa vieille ville pleine de charme et son ambiance détendue, tout en ayant à portée de main des kilomètres et des kilomètres de belles plages à 20 minutes de vélo !

Nous occupons notre première journée ici avec la découverte d'une bonne partie de la vieille ville. Un billet unique est en vente et permet de visiter jusqu'à 5 endroits : un musée, une maison traditionnelle, un hall d'assemblée, un pont japonais et un atelier de fabrication.

large_IMGP6478.jpg
large_IMGP6483.jpg
large_IMGP6489.jpg
large_IMGP6494.jpg
large_IMGP6495.jpg
large_IMGP6509.jpg
large_IMGP6512.jpg
large_IMGP6537.jpg
large_270_IMGP6543.jpg
large_IMGP6552.jpg
large_IMGP6565.jpg
large_IMGP6569.jpg
large_IMGP6592.jpg
large_IMGP6594.jpg
large_IMGP6597.jpg
large_IMGP6599.jpg
large_IMGP6807.jpg
large_IMGP6778.jpg
large_IMGP6777.jpg
large_IMGP6753.jpg
large_IMGP6749.jpg
large_IMGP6729.jpg
large_026831872219AC6817C234C7155FD242.jpg
large_IMGP6700.jpglarge_IMGP6681.jpg
large_IMGP6663.jpglarge_IMGP6662.jpg

La ville est assez petite et nous adoptons donc un rythme assez lent histoire d'en garder pour plus tard.

Le jour suivant, nous souhaitions nous rendre à Cham Island, un île quasi déserte au large de Hoï An accessible en bateau depuis le port tous les matins à 10h. Manque de chance, avec le nouvel an désormais imminent, nous avons beaucoup de mal à savoir si les bateaux partiront bien le lendemain matin. Certains nous disent oui, d'autres non. Ralph voulant absolument découvrir les joies d'une île paradisiaque quasi déserte, il tentera sa chance (avec succès !) tandis qu'Anne-Laure et moi louerons deux vélos pour partir à la découverte des alentours.

large_IMG_4749.jpg
large_IMG_4753.jpg
large_IMG_4757.jpg
large_IMG_4761.jpg
large_IMG_4765.jpg
large_IMG_4776.jpg
large_IMG_4785.jpglarge_01F0280E2219AC6817CCF3E2AF530A3A.jpg
large_IMG_4798.jpg
large_IMG_4802.jpg
large_IMG_4805.jpg
large_IMG_4808.jpg
large_IMG_4812.jpg

Pour le coup, nous gardons un excellent souvenir des plages de la région qui, si elles ne sont pas toujours très propres par endroit, ont au moins le mérite d'être calmes et assez préservées du tourisme de masse pour le moment. Et pour ne rien gâcher, l'eau était très bonne ! Et puis sur le chemin, nous nous aventurons dans des petits villages isolés où l'on peut facilement découvrir le mode de vie plus classique de la population. ;-)

De son côté Ralph visitera donc Cham Island en ayant la chance d'être presque tout seul puisque rares sont les bateaux à avoir fait la traversée avec des touristes à bord. Il alternera baignade et rando pour faire un bon tour de l'île tout en traversant les rares petits villages de pêcheurs qui s'y trouvent. Bien joué l'ami ! :)

Le soir même c'est la fête à Hoï An où les festivités pour le passage à la nouvelle année furent joyeuses : une scène avec des chanteurs locaux, des stands façon fête foraine et un beau feu d'artifice pour conclure le tout. Bref, ça ressemblait à un 14 juillet chez nous ! Sauf la coupure de courant quelques minutes avant minuit... ;-)

large_IMGP6616.jpg
large_IMGP6635.jpg
large_IMG_4826.jpg
large_IMG_4839.jpg
large_IMG_4843.jpg
large_270_IMG_4856.jpg

La troisième journée, nous l'avons dédié aux Marble Mountains (les montagnes de marbre), un site assez splendide situé à 24km au nord de Hoï An. Nous nous y rendons tous les trois à vélo et la balade est très agréable puisque la route est en excellent état, toute droite et avec assez peu de circulation.

Sur place, nous découvrons avec surprise des grottes TRES impressionnantes et dignes des meilleurs décors d'Indiana Jones. Tout y est : l'atmosphère, les rayons de lumières qui traversent l'obscurité, les marches pour y pénétrer... cet endroit est une pure merveille que nous nous félicitons d'être venus visiter, si bien qu'à ce moment précis du voyage, nous pensions vraiment que le pire du Vietnam était derrière nous. Malheureusement, ce n'était pas le cas !

large_270_IMGP6829.jpg
large_270_IMGP6847.jpg
large_IMGP6858.jpg
large_270_IMGP6892.jpg
large_IMGP6903.jpg
large_IMGP6904.jpg
large_IMGP6910.jpglarge_02B188432219AC6817F968D2D3B6120A.jpg
large_IMGP6935.jpglarge_IMGP6941.jpg
large_270_IMGP6950.jpglarge_IMGP6952.jpg
large_270_IMGP6958.jpglarge_IMGP6969.jpg
large_IMG_4882.jpglarge_90_IMG_4893.jpg
large_029FB07D2219AC68173B69D2F8039144.jpglarge_IMG_4906.jpg
large_IMG_4922.jpg
large_IMG_4930.jpg
large_90_IMG_4939.jpg
large_IMG_4940.jpg

Note : 8/10
En bref : Hoï An, c'est de loin ce que nous avons préféré au Vietnam. Bien qu'envahie par le tourisme, cette ville a su garder une atmosphère très plaisante. La nature environnante n'est pas en reste avec de magnifiques plages de sable fin léchées par une eau presque tiède et quelques merveilles à proximités (l'île de Cham, les Marble Moutains...). Autrement dit, si vous voulez vraiment visiter ce pays, ne passez surtout pas à côté de cette belle région.

large_IMGP6817.jpg


La suite dans quelques semaines ! Mais dans quelques jours, vous pourrez aussi découvrir notre TOP 20 des plus belles arnaques vécues dans ce pays ! Merci de continuer à nous lire (même si nous sommes désormais rentrés...). ;-)

Posté par Franck et AL 08:34 Archivé dans Viêt Nam Tagué mountains beaches vietnam bike mekong hoi_an marble tet danang ho_chi_minh_city spring_rolls sweet_milk Commentaires (0)

Cambodge : Angkor et encore !

8 petits jours pour découvrir les Khmers et leurs merveilleux temples...

sunny 25 °C

Ralph nous ayant fait le plaisir de nous rejoindre ici en Asie pour visiter le Cambodge et le Vietnam, c'est lui qui est en grande partie l'auteur de cet article (sauf pour la ville de Kampong Cham où il n'était pas encore avec nous et certains paragraphes de conclusion). Bonne lecture et merci à lui d'avoir joué le jeu ! :-)

large_IMG_4555.jpg

La seule chose que je savais du Cambodge, avant d’atterrir à Siem Reap, était assez comique : on y conduit des voitures anglaises (avec volant à droite) alors que le sens de circulation est à la française. Il est donc déconseillé de doubler une voiture sans avoir un passager qui puisse contrôler le rétroviseur gauche. En réalité, ce n'est qu'un petit détail quand on voit le chaos qui règne sur les routes... et sur le pays.

Kampong Cham

Notre arrivée dans le pays se fera par voie terrestre, en bus, depuis Paksé au Laos et jusqu'à Kampong Cham. Nous choisissons de faire escale ici pour 2 nuits afin de rendre plus supportables les très longues heures de route qui nous séparaient encore de Siem Reap où nous devions bientôt accueillir Ralph à l'aéroport.

Il faut dire que le passage de frontière entre le Laos et le Cambodge n'a rien d'une partie de plaisir tant les compagnies de bus qui assurent le transport sont pour la plupart douteuses et peu recommandables. Nous avons passé des heures à fouiller sur le net pour trouver la moins mauvaise et s'éviter un voyage chaotique. Heureusement les efforts auront payé, et si la journée ne fut franchement pas drôle, tout s'est plutôt bien passé au final mis à part le petit racket organisé par les agents à la frontière qui vous font payer de fausses taxes pour s'en mettre plein les poches.

Pour le reste, Kampong Cham ne possède que peu de sites touristiques intéressants, à moins de s'en servir comme base pour rayonner un peu autour, ce que nous n'avons pas le temps de faire cette fois-ci. Nous passerons notre seule journée ici à nous reposer de notre voyage de la veille et en attendant le suivant, tout en passant du temps à écrire nos articles pour ce blog. ;-) Le ville est plutôt agréable à vivre d'autant que le Mékong la traverse tout en offrant de belles vues depuis les berges.

large_IMGP4935.jpg
large_IMGP4934.jpg
large_IMGP4927.jpg

Note : ??/10
En bref : Difficile de donner son avis sur une ville que l'on a pas vraiment visité...

Les temples d'Angkor et Siem Reap

Pays à l'histoire récente morbide, le Cambodge connut pourtant un passé glorieux, son peuple Khmer s'étendant sur une grande partie de l'Asie du sud-est. Ce fut l'époque des temples, l'époque d'Angkor.

Ce sont d'ailleurs les temples d'Angkor que nous visitons en premier, situés à 20 minutes de Tuk-Tuk (meilleur moyen de transport au monde) de notre première escale, Siem Reap. Rajoutés sur le drapeau national après leur redécouverte, ils sont la fierté du Cambodge et il y a de quoi : il s'agit du complexe religieux le plus important au monde. Des dizaines de temples datant du 12/13ème siècle éparpillés dans une cité perdue de la taille de Moscou (1000 km carré). C'est drôle, on a des impressions de déjà-vu à chaque coin de temple. Logique, ce décor sauvage a inspiré nombre de films et jeux d'aventure (Tomb Raider, Uncharted...).

large_90_IMGP5920.jpg

Le temple le plus impressionnant, Angkor Wat, nous l'avons visité au lever du soleil pour rajouter un peu de drama. Quelle bonne idée de se lever à 4h du matin pour se retrouver dans une foule de touristes :). Les temples sont un dédale de chambres souvent décorés de fresques, bas-reliefs et haut-reliefs. Un des plus impressionnants, Bayon, est décoré de 216 visages du roi Jayavarman VII qui l'a fait construire. Le temple de Ta Prohm, lui, a la particularité d'être reconquis par la nature : des arbres géants poussent à même la pierre et leurs racines dénaturent lentement la structure originelle.

Le temple Prasat Kravan :

large_270_IMGP4986.jpg
large_270_IMGP4990.jpg

Le temple Banteay Kdei :

large_IMGP5004.jpg
large_270_IMGP5047.jpg
large_IMGP5082.jpg
large_IMGP5089.jpg
large_IMGP5091.jpglarge_270_D2396BFE2219AC6817066B755F51FCA0.jpg

Le temple Ta Prohm :

large_IMGP5160.jpg
large_270_IMGP5173.jpg
large_270_IMGP5178.jpg
large_IMGP5196.jpg
large_IMGP5231.jpg
large_270_IMGP5244.jpg
large_270_IMGP5251.jpg

Le temple Ta Keo :

large_IMGP5264.jpg
large_270_IMGP5268.jpg

Le temple Preah Kahn :

large_D2A6B0092219AC681784AA09DCAC8008.jpg
large_IMGP5395.jpg
large_IMGP5435.jpg

Le temple Angkor Wat :

large_90_IMG_4639.jpg
large_IMG_4676.jpg
large_IMGP5558.jpg
large_IMGP5581.jpg
large_IMGP5586.jpg
large_270_IMGP5613.jpg
large_270_IMGP5678.jpg
large_IMGP5702.jpg

Le temple Bayon :

large_IMGP5833.jpg
large_270_IMGP5848.jpg
large_IMGP5862.jpg
large_IMGP5876.jpg
large_IMGP5903.jpg
large_270_IMGP5905.jpg
large_IMGP5908.jpg
large_270_IMGP5911.jpg
large_270_IMGP5883.jpg

QG des visiteurs d'Angkor, Siem Reap est une petite ville qui a vu sa croissance boostée par l'arrivée massive des touristes. Ainsi, pour plaire à ceux-ci, les locaux s'adaptent et ouvrent de nombreux marchés à souvenirs, restaurants et bars. Malheureusement, cette croissance dénature la ville et le contraste entre la pauvreté des cambodgiens (50$ en moyenne par mois) et le centre touristique rempli d'américains bourrés est assez pitoyable. Par chance, notre guesthouse était située à l’extrémité de la ville.

large_IMG_4557.jpg
large_IMGP4937.jpg
large_270_IMGP4942.jpg
large_270_IMGP4946.jpg
large_IMGP4948.jpg
large_IMGP4960.jpg
large_IMGP4978.jpg

Enfin, nous en avons profité pour découvrir la cuisine nord coréenne lors de notre séjour à Siem Reap ! Les occasions d'en apprendre un peu plus sur la Corée du nord étant rares (à part dans les journaux), nous ne pouvions manquer ça... C'est donc dans un décor kitsch à souhait, mélange de style communiste et de photos des montagnes nord coréennes que nous passerons une soirée pour le moins atypique, avec en guise de final un spectacle de danses traditionnelles plutôt impressionnant. La salle était bondée de sud coréens (très nombreux à visiter Angkor), visiblement ravis de pouvoir manger des spécialités devenues rares de leur côté. Renseignements pris, ce restaurant fait partie d'une chaîne présente un peu partout dans ce coin de l'Asie et le personnel est « importé » de Pyongyang. Il semblerait par ailleurs que les recettes de ces établissement servent à financer le régime...

Note : 9,5/10
En bref : Au final, après deux jours entiers de visite, nous n'avons vu qu'une partie des temples (des dizaines d'autres se trouvant dans un rayon de 50km) mais leur ressemblance et la fatigue font que la visite des temples principaux est suffisante. Nous repartons charmés et songeurs de ce que pourrait donner un jeu de piste géant sur place.

Phnom Penh

Un long trajet en bus vers la capitale nous apprend que le Cambodge ne possède que très peu de villes (au sens occidental) mais que les habitants s'installent et travaillent le long des grands axes routiers. Arrivés à Phnom Penh, le premier choc est l'agitation de la ville et du trafic. Les motos, tuk-tuk et voitures déboulent de tous les côtés et il est fréquent de rencontrer des chauffeurs conduisant en sens inverse.

large_270_IMGP6002.jpg
large_270_IMGP6141.jpg
large_IMGP5997.jpg
large_IMGP5986.jpg
large_IMGP5980.jpg
large_270_IMGP5978.jpg
large_IMGP6148.jpg
large_IMGP6155.jpg

Je garde personnellement trois souvenirs de Phnom Penh :

  • La promenade des Cambodgiens le long de la rivière permet de ralentir la cadence infernale de la ville. Il s'agit du quartier un huppé avec de nombreux bars et hôtels.
  • Non loin de là, le magnifique palais royal qui donne accès à plusieurs pagodes.
  • Enfin, il est indispensable de visiter la prison S21 afin d'avoir un aperçu des années sanglantes qu'a vécu le pays très récemment. C'est en 1975 que Pol-Pot, chef du régime communiste des Khmers rouges, et bien entendu ancien étudiant à la Sorbonne (comme de nombreux tyrans de par le monde) ordonne d'expulser les populations des villes vers la campagne pour les faire travailler dans des conditions de misères. Pendant 4 ans, de nombreux prétendus opposants du parti sont enfermés dans ces prisons construites à la va-vite, torturés jusqu'à confession (vraie ou fausse) puis tués. C'est un massacre total, environ 1.7 millions d'habitants (soit 20% de la population) sont décimés par leur propre peuple. Après cette visite, difficile de ne pas imaginer le douloureux passé des nombreux estropiés rencontrés en route.

Le palais royal de Phnom Penh :

large_IMGP6006.jpg
large_270_IMGP6007.jpg
large_IMGP6019.jpg
large_IMGP6025.jpg
large_IMGP6027.jpg
large_270_IMGP6029.jpg
large_IMGP6059.jpg
large_IMGP6083.jpg
large_IMGP6090.jpg
large_IMGP6101.jpg
large_270_IMGP6113.jpg
large_IMGP6123.jpg
large_IMGP6127.jpg

La prison S21 :

large_270_D440372B2219AC681721EFC04B2E8DBA.jpg
large_270_IMGP5924.jpg
large_IMGP5925.jpg
large_IMGP5932.jpg
large_270_IMGP5935.jpg
large_IMGP5959.jpg
large_IMGP5964.jpg
large_IMGP5975.jpg

Note : 7,5/10
En bref : le contraste entre l'agitation de Phnom Penh et le calme des régions rurales est sidérant au Cambodge et une visite de la capitale est incontournable pour entrevoir réellement comment le pays se relève doucement de son passé morbide.

Le Cambodge a beaucoup plus à offrir aux curieux (des belles plages quasi désertes le long de la côte, des villages de pêcheurs, etc.) mais nous décidons de quitter le pays après 8 jours, impatients d'entrer au Vietnam... Quelle mauvaise décision !

Gastronomie :

Nous redoutions franchement la nourriture cambodgienne tant la population est connue pour manger à peu près tout et n'importe quoi (araignées, insectes, viande de chien, etc.) mais finalement, nous n'aurons pas vu une seule fois ce genre de plats dans les restaurants. Il faut dire que nous faisions attention à la propreté des lieux pour éviter d'être malades, et nous n'avons donc pas tenté les stands de rue.

Finalement, nous avons très bien mangé ici, notamment grâce à un petit restaurant musulman en face de notre guesthouse à Siem Reap où nous avons vite pris nos habitudes et essayé à peu près toute la carte : riz frit à toutes les sauces, fondue cambodgienne et bien entendu la boisson nationale : le café froid ou chaud avec une bonne couche de lait concentré ! Nous avons vraiment redécouvert avec plaisir cet aliment un peu oublié depuis l'enfance et utilisé ici dès que possible.

large_WP_20140118_007.jpg
large_WP_20140119_004.jpg
large_WP_20140119_007.jpg
large_WP_20140119_013.jpg

Budget :

Nous avons explosé notre budget au Cambodge : 20€ par jour et par personne au lieu des 19€ que nous avions prévu ! Blagues à part, ici l'argent n'est vraiment pas un problème, et même si le ticket d'entrée pour la visite des temples d'Angkor est assez cher (40$ pour deux jours), le reste est tellement bon marché que ce n'est pas un problème. Repas entre deux et trois dollars, chambre très propre en guesthouse pour 5€ la nuit... difficile de faire encore mieux !

Logement :

Le site Agoda regorge de guesthouses et de petits hôtels généralement bien tenus. A quelques euros près, on passe souvent de quelque chose de médiocre à un chambre franchement correcte. A Phnom Penh en revanche, nous aurons eu beaucoup de mal à trouver notre bonheur car la ville étant grande, on se retrouve soit dans le centre touristique (avec un niveau de qualité très bas), soit assez loin des meilleurs quartiers.

Sécurité et accueil :

Pas grand chose à signaler de particulier concernant la sécurité ici au Cambodge. Comme partout une certaine méfiance suffira pour éviter les problèmes. Comme d'habitude, ce sont les taxis et tuk-tuk qui demandent le plus de vigilance pour éviter de payer les déplacements trois fois trop chers.

Concernant l'accueil, nous gardons de très bons souvenirs des cambodgiens avec lesquels nous avons pas mal rigolé dans la rue et qui possèdent souvent une belle répartie. Et puis, comment ne pas mentionner cette fête de mariage à Siem Reap où nous avons très vite été accueillis alors que nous observions de loin les gens festoyer. Imaginez un peu la même chose en France... impossible !

Note finale : 8/10

Angkor, Angkor et Angkor ! Comment ne pas succomber devant un tel site et de tels temples ?! C'est véritablement quelque chose d'unique à voir et qui justifie pleinement un voyage ici, probablement à coupler avec un autre pays limitrophe pour varier un peu. Mais résumer le Cambodge aux seuls temples d'Angkor serait mentir car le pays a d'autres choses à offrir : Phnom Penh et ses palais, la côte et ses plages paradisiaques désertes, les nombreux villages de pécheurs flottants, etc.

On en viendrait presque à oublier les sombres moments qu'a connu le pays il y a peu de temps et un voyage ici est aussi l'occasion de comprendre réellement ce qui s'y est passé. Et puis, comme d'autres pays d'Asie du sud-est, le pays pourrait bien connaître une forte croissance d'ici quelques années. Mieux vaut donc se hâter de le découvrir avant que l'industrie ne le dégrade...

Ce que nous avons aimé :

  • Les temples d'Angkor + un tuk-tuk à la journée = le top pour en profiter
  • Les prix, ridiculement bas
  • La sympathie des cambodgiens
  • Le café avec du lait concentré, un délice

Ce que nous avons moins aimé

  • Les Khmers rouges...
  • L'état des routes
  • Siem Reap, une ville massacrée par le tourisme

Posté par Franck et AL 06:38 Archivé dans Cambodge Tagué cambodia phnom_penh siem_reap angkor bayon khmer tuk-tuk angkor_vat Commentaires (0)

Bienvenue au Laos

Un pays de plus en plus en vogue, à découvrir dès que possible

sunny 24 °C

Après quelques jours en Malaisie (et sa trentaine de degrés), nous voilà fraîchement débarqués à Vientiane, capitale du Laos, pour un peu plus de deux semaines, dont le Nouvel An. Au début, nous envisagions plutôt une grande ville comme Singapour pour fêter la nouvelle année. Mais mes parents ont eu envie de nous rejoindre pour les fêtes de fin d'année et de visiter le Laos et comme nos plans n'étaient pas fixés, nous avons dit « banco ! ».

Mes parents nous accueillent à l'aéroport (c'est agréable d'être attendus une fois de temps en temps :) ) après un court vol de 2h depuis Kuala Lumpur en Malaisie. Ils sont arrivés la veille au soir après 35h de vol depuis Paris et ont pu heureusement faire une bonne nuit de sommeil avant d'attaquer notre découverte de la ville.

Nous prenons un tuc-tuc (moyen de locomotion privilégié dans les grandes villes du pays) qui consiste en une moto à l'avant et une espèce de remorque à l'arrière : ça y est, l'aventure commence !

large_IMGP3785.jpg
large_IMGP3560.jpg

Sur le chemin nous conduisant en ville, nous remarquons des drapeaux rouges frappés d'une faucille et d'un marteau partout. Il faut dire que, même si le pays est officiellement une république démocratique populaire, il est gouverné par un parti unique communiste.

large_IMGP3802.jpg

Vientiane, premier round

Vientiane est une capitale agréable, à taille humaine. Elle comporte un certain nombres d'édifices, religieux ou non, qui valent le coup d'être vus ou visités :

  • Le Haw Pha Kaeo, spécialement construit pour abriter le bouddha d'émeraude, devenu un musée d'art sacré, avec de nombreuses sculptures bouddhiques.

N'espérez pas voir le fameux Bouddha d'émeraude ici ! Il a été volé par les Siamois en 1779 et trône depuis dans le Vat Phra Kaew de Bangkok...

large_IMGP3541.jpglarge_270_209E7CCF2219AC6817F65E788A4D0FCD.jpglarge_270_IMGP3509.jpg
large_IMGP3522.jpg
large_IMGP3523.jpg
large_270_IMGP3517.jpg
large_IMGP3535.jpg
large_270_IMGP3526.jpg
large_270_IMGP3529.jpg

  • Le Vat Si Saket

Erigé entre 1819 et 1824, ce temple est le plus ancien temple encore debout à Vientiane. Il est de style ancien de Bangkok, ce qui lui a évité d'être détruit lorsque les siamois ont écrasé la rébellion du fondateur de ce temple. Il y a près de 6400 bouddhas dans ce temple !

large_270_IMGP3596.jpg
large_IMGP3586.jpg
large_270_IMGP3579.jpg
large_270_IMGP3599.jpg

En nous rendant au Patuxai, Maman en a profité pour faire réparer une de ses chaussures dans un petit stand de rue. C'est aussi ça le Laos : pas mal de petits stands de rue, que ce soit alimentaire ou de service. La réparation est faite en 5 minutes et pour 2€ ! Et la chaussure tiendra jusqu'à la fin du séjour sans problème...

large_IMGP3614.jpg

  • Le Patuxai, ou le cousin de l'arc de triomphe parisien

Ce monument est très joli à admirer et à grimper : il offre une belle vue sur Vientiane !
Petite anecdote rigolote : il a été édifié en 1960 avec du ciment américain qui était censé servir à la construction d'un nouvel aéroport... du coup il est surnommé « la piste verticale » !

large_270_IMGP3655.jpg
large_270_IMGP3650.jpg

Nous avions lu que la fontaine à côté du Patuxai devenait musicale en fin d'après-midi. Nous avons donc attendu plus d'une heure pour assister au spectacle, dans un froid redoutable pour rien : la fontaine ne fonctionnait pas...

  • Le Pha Tha Luang

C'est le monument national le plus important du Laos ! Le stupa central apparaît d'ailleurs sur les armoiries nationales.
Selon la légende, des missionnaires indiens auraient édifié un stupa reliquaire pour abriter un morceau du sternum (!) de Bouddha au IIIème siècle avant Jésus-Christ. Aucune trace n'en a toutefois été trouvée.

large_IMGP3756.jpg
large_270_IMGP3766.jpg
large_IMGP3740.jpg

Nous avons aussi découvert un superbe monument dédié à la révolution, dont notre guide ne parle pas... Dommage, l'endroit est vraiment agréable à voir, et en plus il n'y a aucun touriste !

large_IMGP3727.jpg
large_IMGP3716.jpg

En chemin, nous nous sommes aussi arrêté dans un petit temple de quartier (Phat Tich Temple).

large_270_IMGP3676.jpg
large_270_IMGP3681.jpg
large_270_IMGP3691.jpg

Enfin, il fait bon se promener sur les berges du Mékong , dans la ville et s'attarder dans le marché de nuit (n'est-ce pas Maman ? ^^).

large_270_IMGP3808.jpg
large_IMGP3562.jpg
large_IMGP3815.jpg

Luang Prabang

Nous avons hésité un long moment à nous rendre directement à Luang Prabang. En effet, à mi-chemin, se trouve Vang Vieng, un village entouré de pains de sucre. Le problème de ce village est sa réputation : de très nombreux touristes occidentaux venaient s'y droguer, se promener à moitié nu et il y avait de nombreux décès (consommation de drogue et comportements dangereux en découlant), au mépris total des traditions et mœurs de la population laotienne. Du coup, le gouvernement laotien a fait fermer il y a un ou deux ans l'ensemble des bars, ce qui à nos yeux est une très bonne chose !

Nous avons fait quelques recherches sur internet et cette déviance occidentale semble avoir un peu repris. De plus le village n'a plus rien d'authentique. Nous choisissons donc de faire complètement l'impasse et de nous rendre directement à Luang Prabang.

Nous quittons Vientiane le 30 décembre, pour ne pas passer le 31 décembre dans le bus. Bien nous en a pris !

Le trajet entre Vientiane et Luang Prabang n'est pas de tout repos, loin de là... Nous avions choisi de nous rendre à Luang Prabang en minibus, option HAUTEMENT recommandée par les différents guides de voyages, tant la route est montagneuse et périlleuse. Sur notre trajet (d'environ 9h), nous avons même des sueurs froides en voyant, à quelques minutes d'intervalles, un bus en contre-bas d'un ravin (la chute avait l'air récente, des laotiens étant en train de descendre avec des cordes vers le bus) et un camion citerne renversé dans un virage...

large_IMGP3828.jpg
large_IMGP3831.jpg

A notre arrivée à Luang Prabang, nous dînons dans un petit stand dans le marché de nuit, à un prix record : 10 000 kip (soit 1€) l'assiette. Le principe est simple : on remplit une fois l'assiette avec ce que l'on veut (sauf de la viande), on paie 10 000 KIP soit 1€ et le reste est en supplément (viande, boissons). Complet, vraiment bon et donné : que demandez de plus ?

large_IMG_4473.jpg
large_IMGP3849.jpg
large_270_IMGP3860.jpg

Le lendemain, nous traversons le fameux pont en bambou de la ville (assez impressionnant), qui est reconstruit chaque année pour la saison sèche. Nous en profitons pour visiter le village d'artisanat de l'autre côté du pont et nous nous perdons.

large_IMGP3906.jpg
large_IMGP3909.jpg
large_IMGP3917.jpg
large_IMGP3918.jpg
large_IMGP3951.jpg
large_IMGP3954.jpg
large_IMGP3961.jpg

Heureusement, au bout d'environ 1h, nous arrivons à l' « Ancien Pont » en fer réservé aux piétons, vélos ou motos (pas vraiment plus sécurisant que celui en bambou...) pour repasser du bon côté.

large_270_IMGP3967.jpg
large_270_IMGP3972.jpg
large_IMGP3973.jpg

Nous nous demandons quelles animations sont organisées pour le Nouvel An occidental, sachant que le Nouvel An Bouddhiste est en avril. Nous découvrons un spectacle de chants et de danse, et des locaux vendent des lampions à envoyer dans le ciel.

Nous tombons sur un bar à vins (et oui ! Au Laos !) et décidons d'y fêter la nouvelle année. Nous y passons un très bon moment. Puis nous lançons notre lampion, qui est monté très très haut dans le ciel.

large_IMG_4442.jpg
large_IMG_4458.jpg
large_IMG_4462.jpg
large_90_IMG_4455.jpg
large_IMG_4468.jpg

Cette coutume est assez répandue en Asie et est très belle à voir, surtout quand il y a beaucoup de lampions dans le ciel, ce qui est par exemple le cas lors de grandes fêtes bouddhistes. La plupart des lanternes sont biodégradables (sauf l'armature en fil de fer), ce qui limite la pollution de l'environnement. Mais cette pratique n'est pas sans danger : il faut faire attention à ne pas recevoir un lampion enflammé en marchant...

Le lendemain, 1er janvier, l'année commence bien avec une capture de la carte bancaire de Franck dans l'ATM où nous retirons de l'argent. 1 appel gentiment offert par le magasin d'à côté et 4 heures plus tard, la carte nous est restituée ! Et dire que le lampion était censé augurer une bonne année...

large_IMGP3991.jpg

La journée est bien entamée par cette mésaventure. Nous avons quand même un peu de temps pour visiter le temple Vat Mai Suvannaphumaham, l'un des plus grands temples de Luang Prabang.

large_270_IMGP4003.jpg
large_IMGP3997.jpg
large_IMGP3998.jpg
large_270_IMGP4014.jpg
large_IMGP4049.jpg

Nous commençons aussi à visiter le Phu Si, mais décidons d'y revenir un autre jour, plus ensoleillé, ce temple offrant une jolie vue lors du coucher du soleil.

large_IMGP3893.jpg
large_270_IMGP3896.jpg
large_IMGP4107.jpg
large_270_IMGP4108.jpg

Les jours suivants, nous visitons :

  • Le Palais Royal, construit au début du 20ème siècle sous le Protectorat français devenu un musée depuis l'arrivée des communistes au pouvoir, avec le Phra Bang, une statue sacrée de Bouddha.

Très beau !

large_270_1AF7E0FF2219AC6817F48B9707E99391.jpglarge_IMGP4085.jpg
large_270_IMGP4118.jpg
large_IMGP4133.jpglarge_1BFD4BDB2219AC6817EC2283FCD44FB1.jpg

  • Le Vat Xieng Thong MAGNIFIQUE, qui selon nous rend légitime à lui seul l'inscription de Luang Prabang à l'Unesco. C'est un énorme coup de cœur !

Nous avons particulièrement aimé les magnifiques mosaïques de verre coloré, tradition laotienne très ancienne.
Ce temple est un lieu de culte très important lors du nouvel an laotien.

large_IMGP4206.jpg
large_IMGP4196.jpg
large_IMGP4229.jpg
large_IMGP4233.jpg
large_23FB8F082219AC68171B4B7C8D1FEC87.jpg
large_IMGP4265.jpg
large_IMGP4263.jpg
large_270_IMGP4315.jpg

  • Et nous terminons notre circuit des temples par le Vat Manorom, le Vat That Luang et le Phu Si au moment du coucher du soleil.

large_270_IMGP4447.jpg
large_270_IMGP4434.jpg
large_270_IMGP4441.jpg
large_IMGP4454.jpg
large_270_IMGP4455.jpg
large_270_IMGP4478.jpg
large_270_IMGP4482.jpg
large_270_IMGP4539.jpg
large_IMGP4511.jpg
large_IMGP4524.jpg
large_IMGP4530.jpg

Nos multiples promenades nous ont aussi permis d'apprécier le mode de vie des laotiens, les rues et le marché de nuit de Luang Prabang avec les multiples souvenirs à rapporter (pour ceux qui ont de la place dans leurs bagages ! ).

large_IMGP4396.jpg
large_IMGP4485.jpg
large_270_IMGP4548.jpg
large_270_IMGP4718.jpg
large_IMGP3880.jpg
large_IMGP3886.jpg

Nous profitons de notre dernière soirée à Luang Prabang pour effectuer une croisière sur le Mékong au coucher du soleil. Une belle expérience que nous recommandons !

large_IMGP4373.jpg
large_IMGP4567.jpg
large_IMGP4610.jpg
large_IMGP4612.jpg
large_IMGP4660.jpg
large_IMGP4620.jpg
large_IMGP4666.jpg
large_IMGP4694.jpg

Note : 9/10

En bref : Une ville magnifique, à ne manquer sous aucun prétexte lors d'un séjours dans le pays. Pensez simplement à vous y rendre et en revenir par avion avec Lao Airlines, c'est tout de même plus sûr que le bus et pas hors de prix.

Vientiane, second round

Après Luang Prabang, nous devions revenir à Vientiane car mes parents repartaient d'ici et nous avions encore un visa à demander ici : celui pour le Cambodge.

Mais quel moyen de transport utiliser ? Le bus avec ses 9h de trajet et les sueurs froides eues à l'aller ? Ou l'avion avec le compagnie aérienne Lao Airlines avec ses 45 minutes de vol, mais où un avion à hélices s'est crashé dans le Mekong il y a quelques mois lorsque les conditions météo étaient mauvaises ?
Le choix n'est pas facile mais nous optons pour l'avion, après avoir vérifié que l'avion effectuant la liaison Luang Prabang-Vientiane était un Airbus A320 et non un ATR (on se rassure comme on peut !).

L'avion est neuf, l'équipage serviable et le vol impeccable. Nous ne regrettons pas notre choix.

large_1E1DA9022219AC68175BD8E5374B2A1C.jpglarge_270_1E1E954F2219AC68178E0B2392AD784B.jpg

A notre retour de Luang Prabang, nous avons visité un dernier temple : le Vat Si Muang, qui n'est pas spécialement beau mais permet d'observer les us et coutumes des laotiens.

large_270_1E1F4F272219AC681771E495B68B8FAC.jpg

Nous avons également profité de notre séjour à Vientiane pour dîner dans un restaurant nord-coréen (!), où des jeunes filles dansaient et chantaient à la gloire de la Corée du Nord. Un grand moment de dépaysement ! Après recherches, ce restaurant n'est pas le seul et nous aurons même l'occasion d'y retourner au Cambodge.

large_1E216DE02219AC681707405776386C7B.jpglarge_1E203F302219AC6817124A39FFE84309.jpglarge_1E228A992219AC68174883C2327B6BA0.jpglarge_270_1E2375742219AC6817319D7B2092ACA4.jpglarge_1E24600E2219AC681768EBE7F2AA257C.jpg

Note : 8/10

En bref : Ville très agréable à parcourir avec de beaux temples et une bonne ambiance. Une ville à ne pas négliger lors d'un séjour au Laos.

Paksé

Après avoir accompagné mes parents à l'aéroport, obtenu notre visa pour le Cambodge et passé quelques jours à travailler à Vientiane, nous mettons le cap vers Paksé, au sud du pays près de la Thaïlande. Nous optons pour le bus de nuit, étant donné la distance, le prix et la route en état correct et surtout bien plate.

Ce fut une drôle d'expérience ! Le bus de nuit avait de « vrais lits », ou plus précisément des banquettes pour 2 personnes. Ainsi, si quelqu'un voyage seul, il doit partager son lit avec un(e) inconnu(e).

large_WP_20140109_009.jpglarge_WP_20140109_006.jpg
large_IMG_4486.jpg
large_IMG_4487.jpg

Nous arrivons à la gare routière de Paksé tôt le matin (5-6h) et nous mettons à la recherche du centre-ville puis d'un hôtel où passer les prochaines nuits.

L'avantage d'arriver tôt le matin, c'est que cela offre l'occasion d'assister à l’aumône des moines qui a lieu tous les jours à l'aube. Les moines vivent seulement de l'aumône. Celle-ci consiste en général en une poignée de riz gluant distribuée par des laotiennes agenouillées qui attendent en silence. C'est un moment assez saisissant et qui incite au recueillement.

La ville de Paksé n'est pas spécialement belle mais elle est paisible et nous avons été bien accueillis dans un temple de quartier très joli : le Vat Luang.

large_90_IMG_4521.jpg
large_90_IMG_4512.jpg
large_90_IMG_4523.jpg

Il y avait aussi beaucoup d'endroits où les nouilles et feuilles de riz séchaient. Bien artisanal !

large_IMG_4492.jpg
large_IMG_4496.jpg

Et puis le temple Champasak n'est pas très loin et lui vaut vraiment le coup : c'est un ensemble religieux d'architecture khmère et de religion hindouiste, qui donne un petit avant goût d'Angkor ! Ce site serait même plus ancien de deux siècles environ que celui d'Angkor Vat...

large_IMGP4768.jpg
large_270_IMGP4833.jpg
large_270_IMGP4903.jpg
large_IMGP4894.jpg
large_270_IMGP4858.jpg
large_IMGP4888.jpg
large_270_IMGP4920.jpg

Il est maintenant tant pour nous de quitter le Laos si nous voulons accueillir Ralph à temps à Siem Reap au Cambodge.

large_270_IMG_4535.jpg
large_IMG_4537.jpg

Note : 8/10

En bref : Ville paisible où il fait bon vivre, à coupler avec la visite de Champasak, site khmère de toute beauté, qui donne un avant goût d'Angkor.

Gastronomie :

Les plats laotiens sont essentiellement à base de riz : le riz est souvent gluant et cuit à la vapeur (un vrai délice !) ou sauté. Un des plats les plus typiques est le lap, une salade composée de viande ou de poisson haché, assaisonné au citron vert et aux piments et accompagnée de légumes et de salade verte. Très bon également !

ll y a aussi des soupes, des salades de papaye verte, des poissons cuits à la vapeur dans des feuilles de bananier...

Nous avons aussi testé le barbecue laotien, qui consiste en un grand buffet avec légumes, riz, fruits de mer et viande que l'on fait cuire dans un barbecue creusé à même la table. Parfait pour se réchauffer lorsque les soirées sont fraîches.

Côté douceurs, nous avons beaucoup aimé les morceaux de riz gluant cuits à la vapeur avec de la banane dans des feuilles de bambou. Miam miam !

large_IMG_4481.jpg
large_IMGP3975.jpg
large_IMGP4067.jpg
large_IMGP4558.jpg
large_IMGP4430.jpg
large_270_IMGP4429.jpg

Budget :

Nous avions prévu un budget de 20€ par personne et par jour et nous l'aurions largement respecté si nous n'avions pas pris le vol intérieur Vientiane-Luang Prabang (75€ par personne). En tenant compte de ce vol intérieur, nous avons dépensé 22€.
Le Laos est un pays très bon marché et nous ne nous sommes pas privés.
Il y a tous les prix pour les hébergements : de 9€ la nuit en chambre double dans une pension correcte, à 200€ la nuit dans une pension/un hôtel grand luxe.
Les transports locaux sont bon marché : 0,50 euro par personne pour un transport en ville et près de 14 euros pour environ 8h de route en minibus.
Enfin, les plats oscillent entre 1 et 5 euros en moyenne.

Logement :

Nos logements étaient assez homogènes au Laos : ni exceptionnels, ni horribles sauf à Luang Prabang où nous avons eu très froid la nuit dans une des deux guesthouse. En général l'eau est chaude mais il fait parfois humide et le WIFI est très capricieux.
Bon à savoir : il n'est pas indispensable de réserver, sauf si la période l'exige (comme le Nouvel An, même occidental, par exemple) et l'offre est bien plus grande que celle présentée sur internet (où les prix sont bien plus élevés qu'une fois sur place).

Sécurité et accueil :

Les laotiens ont le sourire et cela fait plaisir ! L'accueil est sympathique et c'est un pays très sûr, si l'on exclut les transports dans le Nord du pays (comment ça, nous sommes traumatisés ?). Nous n'avons ressenti aucun sentiment d'insécurité de jour comme de nuit. Il suffit juste de suivre les précautions d'usage.

Note finale : 8,5/10

Le Laos nous a beaucoup plu, tant par la beauté des temples et des paysages que par le sourire de ses habitants. Il fait bon se promener, prendre son temps, observer les habitants et en prendre plein les yeux dans le calme et l'authenticité. Nous sommes loin de la Thaïlande très touristique ! Nous sommes contents d'y être allés maintenant, car il est probable que cette authenticité s'efface peu à peu, le Laos devenant de plus en plus en vogue auprès des occidentaux. Nous souhaiterions même y revenir : il y a encore tellement à voir !

Ce que nous avons aimé :

  • La beauté des temples visités et des paysages
  • Une population agréable et honnête
  • Le riz gluant (miam miam!)
  • La simplicité pour se déplacer et se loger

Ce que nous avons moins aimé

  • La brume et la vague de froid à Luang Prabang
  • La route entre Vientiane et Luang Prabang

Posté par Franck et AL 06:02 Archivé dans Laos Tagué temple palace rice laos vientiane prabang luang royal low cost barbecue glutinous Commentaires (2)

Fêter Noël en Malaisie, bonne ou mauvaise idée ?

En même temps, nous n'avions pas vraiment le choix...

storm 30 °C

Au revoir l'Océanie et re-bonjour l'Asie ! A nous les prix enfin abordables et l'agitation asiatique bien plus dépaysante. Nous sommes en effet assez contents d'arriver à Kuala Lumpur car le continent précédent nous a finalement moyennement convaincu à cause du manque de profondeur de la culture et des prix bien trop élevés. Arriver à Kuala Lumpur fut pour nous un vrai soulagement, et ce, dès le premier restaurant : 4€ par personne pour en ressortir repus ! Mais bien entendu, les prix bas ne font pas tout, encore faut-il qu'il y est des choses intéressantes à découvrir...

Nous passerons donc une dizaine de jours en Malaisie. Ce pays ne faisait pas du tout partie de notre itinéraire de départ car la saison idéale pour le visiter est l'été. Mais voilà, Kuala Lumpur, la capitale, est une des plus grosses plaques tournantes d'Asie et les vols les moins chers pour revenir d'Océanie y passaient forcément (merci Air Asia au passage, de loin la meilleure compagnie low-cost au monde...). Avant de rejoindre Françoise et Denis (les parents d'Anne-Laure) au Laos, nous décidons donc de passer quelques jours ici pour nous reposer un peu en baissant le rythme tout en ayant un aperçu du pays. Et puis le hasard du calendrier nous fera aussi passer Noël en Malaisie, ce qui - de prime abord - ne nous paraissait pas forcément optimal pour en profiter (pays Musulman oblige)...

Kuala Lumpur

Faire un vol Melbourne / Kuala Lumpur, c'est l'assurance d'expérimenter un authentique choc culturel puisque l'on passe d'une ville à dimension humaine propre et bien organisée à une mégalopole cosmopolite grouillante, assourdissante et pas toujours reluisante (je vous laisse attribuer les rôles ;-) ). Pour être franc, notre arrivée à Kuala fut un peu intimidante. Nous avions sans doute un peu perdu l'habitude de nous retrouver dans de très grandes villes... Toujours est-il qu'après 1h30 de bus pour arriver en centre-ville et 30 minutes de métro plus tard, nous voilà arrivés à Bukit Bintang, le quartier dans lequel nous passerons la première partie de notre séjour et aussi la Mecque du shopping en Malaisie.

Le quartier est littéralement rempli de centres commerciaux aux couloirs interminables alternant boutiques de luxe et restaurants branchés. Et bien entendu, les gens consomment dans tous les sens ! La journée détente du malaisien semble pouvoir se résumer ainsi : shopping – café – shopping – restaurant – cinéma (ou parc d'attraction, sachant que nous avons même vu une montagne russe A L'INTERIEUR d'un centre commercial). Bref, la société de consommation vie ici de belles heures ces derniers temps...

large_IMGP2906.jpg
large_IMGP2912.jpg
large_IMGP2915.jpg
large_IMGP2916.jpg
large_IMGP2919.jpg
large_IMGP2921.jpg
large_IMGP2926.jpg
large_IMGP2928.jpg
large_IMGP2981.jpg

Au delà de ça, le quartier ne propose pas grand chose d'autre et puis comme nous voulions ralentir un peu, nous n'avons pas vraiment cherché plus loin, si ce n'est un détour par les magnifiques et célèbres tours Petronas, dans lesquelles nous ne sommes pas montés à cause du prix prohibitif. Kuala Lumpur n'étant pas une très belle ville, cela ne nous semblait pas indispensable de la contempler d'en haut.

large_270_IMGP2984.jpg
large_IMGP2990.jpg

Juste avant notre départ de Malaisie, nous nous sommes tout de même motivés pour visiter « Batu Caves », une grande grotte située en périphérie de KL et facilement accessible en métro depuis le centre. La grotte est située en hauteur et on y accède en grimpant quelques bonnes séries de marches tout en évitant de se faire voler par les dizaines de singes qui traînent ici. Ceux-ci passent leur journée à tenter de dépouiller les touristes de ce qu'ils portent dans leurs mains pour se nourrir et si on le sait à l'avance, quelques précautions (tout enfermer dans un sac à dos) permettent d'éviter tout problème et de se payer quelques franches rigolades en regardant ce spectacle gratuit. ;-) En dehors de ça, l'endroit est loin d'être inoubliable car le temple que renferme la cave est jonché de déchets, ce qui rend l'endroit peu fameux. Il semblerait que les singes soient en grande partie responsables de cette situation puisque ce qu'ils volent aux touristes (bouteilles d'eau, emballages de biscuits, etc.) se retrouve ensuite abandonné dans la nature environnante. Et bien entendu, personne ne se sent d'attaque pour nettoyer les lieux.

large_IMGP3371.jpg
large_IMGP3389.jpg
large_IMGP3401.jpg
large_IMGP3418.jpg
large_270_IMGP3428.jpg
large_IMGP3470.jpg
large_270_IMGP3486.jpg

Toutes nos autres (et rares) tentatives pour découvrir la ville auront été sabordées par la météo. Il faut dire que nous ne sommes pas ici à la bonne saison et nous nous attendions à vivre de beaux orages. A deux reprises un déluge s'est abattu sur nous au moment de partir pour visiter les quartiers chinois et indiens de la ville. Du coup, nous attendrons notre retour à Kuala Lumpur pour pouvoir finir nos visites mais il faut bien avouer que pour le moment nous n'avons que moyennement apprécié la ville.

large_IMG_4434.jpg
large_IMG_4438.jpg
large_IMGP3022.jpg
large_270_IMGP3034.jpg
large_IMGP3035.jpg
large_IMGP3057.jpg
large_IMGP3068.jpg
large_IMGP3077.jpg

Note : 5,5/10
En bref : Si vous aimez faire du shopping toute la journée ou vous faire des frayeurs dans des parcs d'attraction, Kuala Lumpur vous tend les bras ! Autrement, nous n'avons pas trouvé ici grand chose à voir. En fait, la ville peut toutefois être intéressante à parcourir si vous découvrez l'Asie pour la première fois car elle est un vrai condensé de ce que vous pouvez trouver sur ce continent (ville grouillante, circulation démentielle, économie prospère et peuple respectueux).

Malacca

Notre séjour en Malaisie étant assez court, nous avions décidé de ne visiter qu'une seule autre ville (en dehors de KL) afin de ne pas trop courir pendant les fêtes. Notre choix se porta sur Malacca, ville classée à l'Unesco située pas trop loin de la capitale en bus.

Déjà, commençons par préciser que ce fut un jeu d'enfant de ce déplacer dans le pays. La station de bus est neuve et impressionnante. On se croirait dans un aéroport ! En à peine 10 minutes, nous achetons nos billets et embarquons directement pour Malacca. En revanche, les embouteillages monstres autour de la ville nous ferons prendre pas mal de retard mais qu'importe, nous avons le temps puisque nous passerons 5 jours ici alors que les guides conseilent de n'y passer qu'une nuit...

large_IMGP3079.jpg

Située en bord de mer, Malacca joua un rôle important dans l'histoire du pays grâce à son port fondé en 1400. La ville sera prise par les portugais en 1511 puis par les hollandais en 1641 avant de finir entre les mains des britanniques en 1824. Redevenue malaisienne en 1956, Malacca est connue des touristes pour sa vieille ville aux rues bordées de maisons coloniales.

large_IMGP3143.jpg

A peine arrivés, nous partons à la découverte de la ville tout en cherchant un petit resto pour se poser. Sur notre route, nous passons devant un hôtel/résidence ultra luxueux où nous remarquons dans le restaurant des affiches pour une soirée de Noël. Histoire de ne pas se retrouver comme deux pauvres bêtes abandonnées le soir du réveillon, nous réservons une table sans trop réfléchir car nous ne savions pas du tout si d'autres endroits proposeraient la même chose. Un peu plus tard en fin d'après-midi, la marché de nuit s'installe lentement sur la rue principale de la vieille ville. L'ambiance est très sympa et si les produits et souvenirs en vente sont franchement inintéressants, les gargotes qui vendent de la nourriture attirent beaucoup plus notre attention !

large_IMGP3093.jpg
large_IMGP3106.jpg
large_IMGP3115.jpg
large_IMGP3120.jpg
large_IMGP3125.jpg
large_IMGP3126.jpg

Le jour suivant, nous attaquons tôt pour découvrir ce que Malacca peut nous offrir et bien que la météo ne soit pas au top, nous passerons une journée de balade assez sympa mais pas inoubliable... En fait, il y a bien de jolis bâtiments de style hollandais, portugais ou chinois et quelques églises en plus ou moins bon état, mais nous ne sommes que moyennement emballés (serions-nous en train de devenir de plus en plus difficiles ?). Il faut dire que l'on a souvent beaucoup mieux chez nous en France en regardant pas la fenêtre (à moins d'habiter Bobigny...) ! Nous retiendrons de la journée essentiellement la réplique du palais du sultanat de Malacca qui nous a franchement étonné avec son architecture originale très photogénique. A l'intérieur, des expositions permettent d'en apprendre un peu plus sur la culture malaisienne et sur l'histoire de la ville.

large_IMGP3086.jpg
large_IMGP3088.jpg
large_IMGP3089.jpg
large_IMGP3090.jpg
large_IMGP3108.jpg
large_270_IMGP3137.jpg
large_IMGP3144.jpg
large_IMGP3145.jpg
large_IMGP3150.jpg
large_IMGP3157.jpg
large_IMGP3167.jpg
large_IMGP3183.jpg
large_IMGP3198.jpg
large_270_IMGP3202.jpg
large_IMGP3210.jpg
large_IMGP3213.jpg
large_IMGP3222.jpg
large_IMGP3234.jpg
large_IMGP3238.jpg
large_IMGP3348.jpg
large_IMGP3254.jpg
large_IMGP3280.jpg
large_IMGP3272.jpg
large_721C67862219AC681766EE12CC6459B6.jpg

Enfin il y a aussi de nombreux sites religieux à Malacca : des mosquées, des temples hindous, des églises, etc. Particulièrement impressionnante, la mosquée sur l'eau (Selat Malacca) est située sur une île artificielle en bord de mer et vaut franchement le détour. On a l'impression qu'elle flotte au dessus de l'eau et l'accueil des touristes (assez rares ici) est sympa car on vous prête les vêtements nécessaires à la visite. Attention, les photos suivantes sont collector ! ;-)

large_IMGP3304.jpg
large_IMGP3306.jpg
large_270_IMGP3311.jpg
large_270_IMGP3332.jpg

Et puis le soir du réveillon fut enfin arrivé ! Comme nous avions réservé notre dîner assez vite, nous avons été contraints de refuser l'invitation des patrons de la guesthouse où nous logions car ils nous proposaient de se joindre à leur petite fête de Noël à base de plats malaisiens. Bon... nous avions vraiment envie d'être tous les deux pour fêter ça mais c'était gentil de leur part. :)

Avant ça, dans la journée, nous nous étions aussi fixés un petit défi : se séparer 1h chacun de son côté dans un grand centre commercial et trouver un cadeau pour l'autre avec un budget très limité : 5 euros. Bien entendu, c'était plus pour le plaisir de déballer un paquet (et puis un tour du monde de 300 jours, ça fait déjà un beau cadeau...). ;-)

Le réveillon fut franchement sympa ! Nous n'avons vraiment pas regretté le choix de l'endroit et pour environ 23€ par personne, nous nous sommes littéralement goinfrés jusqu'à épuisement ! :D Il faut dire que le buffet était sacrément bien garni : huîtres, crevettes, saumon fumé, amuses-bouche, salades, FROMAGES (du Brie, un miracle !!), de la dinde aux marrons, des plats mijotés, plein de desserts, de la bûche... bref, l'extase culinaire (même si rien ne remplace la dinde de Noël faîte maison) et une addition à peine plus salée que dans un restaurant parisien un jour normal. De plus l'ambiance était très sympa et il avait même une chorale qui chantait de classiques chants de Noël.

Bien entendu, cette soirée – bien que très agréable – était marquée par l'absence de nos proches et Noël sans la famille, c'est un peu comme un sushi sans riz : il manque une bonne partie ! Heureusement l'année prochaine il en sera autrement...

large_IMG_4425.jpg
large_IMG_4394.jpg
large_IMG_4397.jpg
large_IMG_4399.jpg
large_90_IMG_4404.jpg
large_IMG_4413.jpg
large_IMG_4416.jpg

Note : 6,5/10
En bref : A cause de son appartenance au patrimoine mondial de l'Unesco, Malacca devient peut être trop populaire et est surtout un peu sur-vendue. La ville est certes sympa à voir, mais j'ose espérer qu'il y a mieux à découvrir en Malaisie ! Malheureusement nous n'avons pas pu nous en assurer cette fois-ci...

Gastronomie :

Toutes les cuisines d'Asie se trouvent facilement en Malaisie. C'est donc un vrai bonheur car les prix sont en plus assez bas. Mais la cuisine malaisienne n'est pas en reste et vaut vraiment le détour. On y retrouve clairement des senteurs indiennes et les plats sont souvent très parfumés. Nos estomacs nous ont remercié d'être revenus en Asie après les « plats » qui se résumaient à jeter des choses dans l'huile en Océanie...

large_270_IMGP3032.jpg
large_IMGP3092.jpg
large_IMGP3244.jpg
large_IMGP3496.jpg

Budget :

Nous avions prévu 25€/jour et par personne ici, et nous avions vu juste puisque notre moyenne journalière fut de 24,75€ ! Et même avec si peu, nous n'avons pas eu l'impression de nous priver. Bien sûr les logements étaient parfois spartiates, mais toujours propres. C'est clairement un pays où l'on peut profiter et se faire plaisir sans trop s'inquiéter pour son porte-monnaie.

Logement :

Il est facile de se loger ici, même sans réservation et pour peu que l'on ne soit pas trop difficile. A Kuala Lumpur nous avons fait moitié auberge de jeunesse/moitié hôtel. En fait nous nous sommes aperçus que pour le prix de nos 2 lits en dortoir, nous pouvions nous payer une chambre double en hôtel ! L'astuce est de choisir les hôtels qui proposent des chambres sans fenêtre... Et oui, ici on optimise : s'il y a la place de faire une chambre de plus, on la fait. Et le plus drôle, c'est que nous y avons fort bien dormi vu qu'il n'y a pas de lumière au petit matin et aucun bruit provenant de dehors.

Sécurité et accueil :

Pour une si grande ville peuplée de gens dont les revenus sont assez modestes, Kuala Lumpur est étonnamment sûre. Il y a bien sûr quelques quartiers où l'on aimerait pas passer à 2h du matin, mais autrement on ne se sent pas du tout en insécurité. Quant à Malacca : rien à signaler !

Enfin un mot sur les malaisiens, vraiment discrets, polis et souriants. C'est étonnant de voir à quel point les différentes communautés (indienne, malaisienne, chinoise, etc) vivent ici en parfaite harmonie.

Note finale : 6/10

C'est un peu frustrant de mettre une note à un pays que l'on a à peine entrevu. La note ne vaut donc que pour ce que nous avons pu visiter et nul doute qu'il y a bien mieux à voir en Malaisie. Cela-dit, nous avons passé de bons moments ici et ce fut une bonne « pause » dans le voyage avant d'affronter l'Asie du sud-est durant un bon moment. Nous reviendrons ici un jour, et cette fois nous pourrons en tirer une vraie conclusion. :)

Ce que nous avons aimé :

  • La nourriture variée
  • Notre réveillon de Noël
  • Les prix enfin raisonnables
  • Les tours Petronas à Kuala Lumpur

Ce que nous avons moins aimé

  • Peu de choses à voir à Kuala Lumpur
  • La pluie
  • Malacca, une ville sur-vendue

Posté par Franck et AL 07:36 Archivé dans Malaisie Tagué kuala storm malaysia rice mango lumpur cloudy bukit melaka bintant Commentaires (1)

(Articles 1 - 5 sur 27) Page [1] 2 3 4 5 6 »